Facebook réseau social : école de la soumission : apprend la soumission aux jeunes . Mais également aux vieux qui croyaient trouver sur Internet la liberté

Accueil Ecrivain       Livres en papier   Ebooks     Le Blog   Bio     Romans   Théâtre   Chansons   Essais     Contact   + Infos     La chaîne youtube



Un texte impossible à promouvoir sur Facebook en 2019, qui semble avoir des "filtres" sur les vidéos traitant de... facebook...




Facebook, école de la soumission, par son auteur en vidéo



Facebook, école de la soumission

« Fais pas ci, fais pas ça… »
Ils en sont arrivés là !
Mais on ne sait jamais quand on va se prendre une interdiction de partager dans des groupes ou de contacter nos prétendus « amis facebook. » Ou même de se connecter à son compte.
Il n’existe aucun tableau du nombre maximum autorisé de partages dans des groupes ou d’envoi de messages.
Tout d’un coup la sanction tombe.
On peut parfois avoir l’impression d’être harcelé par facebook, par exemple, quand pour publier un message, il faut cocher sur la case « je ne suis pas un robot » puis reconnaître les devantures de magasins ou les feux de signalisation parmi 9 photos.
Certes, on peut tout simplement fermer la page. Mais le problème, ce sont les autres, qui semblent accepter la soumission et considèrent facebook comme un synonyme d’Internet, donc pour communiquer il est nécessaire d’y balancer des infos régulièrement, quand on est un créateur peu connu.
« Facebook, soyez un bon mouton, ou sanction » serait sûrement leur slogan dans un monde sans manipulation, où les mots auraient encore leur sens, certes on ne pourrait alors plus parler d’amis facebook mais de prospects.

Naturellement, cette exigence de soumission, ce côté « presque aléatoire » de la sanction, doit bien avoir un but. Je n’en ai trouvé qu’un : nous convaincre qu’en payant nous pourrons utiliser facebook de manière plus tranquille. Si tu payes, tu deviens membre premium, ce n’est naturellement noté nulle part, c’est un résumé d’utilisateur chroniqueur.
Soit tu payes, soit tu t’écrases, c’est un peu la soumission classique de nombreux endroits sur cette terre.
L’époque est à la soumission et la technologie, un temps libératrice, aide désormais les puissants à amplifier leur domination. Agenouillez-vous ! Mais vous pouvez, vous également, obtenir des soumis : en gérant un groupe. En servant la machine, en collaborant à sa logique ; vous avez l’impression d’être plus important que les membres de cette communauté car vous pouvez les censurer et même les exclure du groupe !

Quelque part, bien que cette association frise l’indécence, il est sûrement naturel que l’état français flirte avec facebook, au point d’y diffuser des vidéos en direct plutôt que de mettre en une elysee.fr !

Facebook est donc un « réseau social » Un réseau où l’on t’apprend la société, la soumission : soit tu payes, soit tu t’écrases. Et naturellement, si tu oses critiquer facebook ou un de leurs vrais amis, ton message personne ne le voit. Nous avons la liberté de nous exprimer mais ils ont la capacité de rendre quasiment invisibles nos propos, visibles uniquement par quelques hurluberlus de notre genre ! D’ailleurs, cette chronique, si vous la voyez, n’hésitez pas à la partager…





Votre réaction ou votre avis sur le sujet...

Article du 28 février 2019 à 10 : 28.


Article sur un sujet très proche : Booster sur facebook : faut-il payer le site ? (bonne lecture...)

Article précédent : Le principe de Peter à Montcuq : niveau incompétence des élus (sur ce blog)